Kατάβασις

by ABSCONDITUS

supported by
Alastor Blake
Alastor Blake thumbnail
Alastor Blake I stumbled across this a year or so ago and was stunned. The songwriting is absolutely stellar, continually shifting shape and winding around itself like a dark serpent, while also conveying so much power of feeling that it is truly magical. The vocals are unique...guttural almost in a way you don’t hear often in black metal. Many might find them annoying, but I think their harshness is a perfect accompaniment to the beauty of the instrumentation. Favorite track: Elegeìa (Confession au Cénotaphe).
𝕲𝖔𝖑𝖑𝖚𝖒𝖌𝖔𝖙𝖍𝖆
𝕲𝖔𝖑𝖑𝖚𝖒𝖌𝖔𝖙𝖍𝖆 thumbnail
𝕲𝖔𝖑𝖑𝖚𝖒𝖌𝖔𝖙𝖍𝖆 This seethes with fiendish hell fire! It only leaves flames and blisters in its path!
Jack Black
Jack Black thumbnail
Jack Black This album seems to be better each time I listen to it.
laura
laura thumbnail
laura Exquisite! This is an ingenuous dark symphony that gets more profound each time I listen.
/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €7 EUR  or more

     

1.
2.
Dans le néant vespéral Les astres sont des flambeaux de haine J'aspire à la vérité ophidienne Gouffre chthonien, antre de l'aversion Sirius, mon guide dans l'extase funèbre Révèle à l'Héritier les arcanes de son sang L'effroi illumine ma voie, je perçois la ruine en éminence Un oremus cristallin s'élève vers les cieux La dualité de ma noblesse fait écho à la décadence des âges Dans l'ascension vertigineuse de mon âme captive La lance de Longinus est mienne, elle guide la ferveur de ma vindicte Auréolé de haine et de flammes, j'impose un bellicisme de grandeur Conquérant la duplicité mortifère, la funeste double-hérédité Je crache le venin de l'abnégation et dissous les ferments de la médiocrité Je sombre dans des tréfonds d'un noir d'ébène, asphyxié par la terreur clandestine Mystère de l'exil, où le trépas de l'âme s'augure sous un soleil morne Une lutte titanesque contre un démiurge aux traits de ménechme Miroir déformant des limbes, pétrifiant telle la grande Gorgone C'est d'un éclat tragique que brille mon royaume, un temple apollinien teinté d'amertume Damné jusqu'au sublime, ma destinée se veut funeste La gloire se conquiert dans les flammes La dignité et l'honneur élevés en sacerdoce La volonté de renaître - immaculé au zénith Majesté de la ruine, splendeur de l'adversité J'ai bu le calice jusqu'à la lie Héritage morbide de l'élite sardonique L'éternité passée dans cet abîme rampant Révèle à l'élu les mystères du caducée
3.
Depuis le Golgotha, j'ai observé l'éclipse divine Tu as sculpté ma croix dans le bois de Thèbes Sondant les abysses de la déprécation Et pleurant les larmes de l'anathème J'ai maudit le spectre de ton immanence Dans l'observance des rites de la disgrâce J'ai été le héraut d'un mysticisme de la ruine, Un prêtre de la ténébreuse Discorde, Noyant mes sens dans les affres de sa chevelure méandreuse J'ai révéré l'effigie morbide du fatum Célébrant l'imminence de l'ordalie funeste Qui révèle la tragédie de la déchéance de l'avatar Mon élection proclamée par l'Ineffable, Consacrée dans le sang et l'opprobre de l'existence Mon corps brûle du feu ardent des séraphins en gloire, Laissé à l'abandon au coeur des limbes triomphants Mon être en transverbération contemple les flammes de l'aversion Mes lamentations résonnent en frénésie devant les vestiges du tombeau Ondoyant et colossal, le serpent des abîmes m'accueille Ses mâchoires putrides distillent le venin de l'âpre vérité Offert en proie au fanatisme des féroces Érinyes Je savoure l'extase du déchirement sépulcral O ΔΡΑΚΩΝ O ΜΕΓΑΣ! Dans l'errance nocturne, j'ai déchiffré le palimpseste de ma chair Immergé dans les eaux du Styx puis hissé sur le pavois en apothéose Le glaive de l'arrogance pointé vers les sentinelles de la dissolution Pour affirmer l'imperium des meilleurs, sous l'étendard de la haine immortelle Mon être en transverbération contemple les flammes de l'aversion Mes lamentations résonnent en frénésie devant les vestiges du tombeau Je suis semblable à l'or trois fois essayé et sept fois purifié par le feu Transfiguré par l'irrévérence au purgatoire car j'ai vu le visage de Dieu
4.
Au commencement était le Verbe Vecteur de la lueur d'une étoile morte La logorrhée divine s'est dispersée en écho Dans les décombres du royaume de Narcisse La mort suinte des geôles du paradoxe Captif du vice dans un donjon instable Bercé dans les bras émaciés de l'Illusion J'ai vu la terreur sur son visage dévoilé Messie phosphorique, sème les graines séditieuses Ton nom en dissonance confirme l'oracle Mes tribulations ouvrent une voie de ténèbres Où seul luit le flambeau du Prévoyant Le plan divin se révèle dans la chute L'hypostase maudite reçue en apanage Ton châtiment est un éclat de grâce en devenir, Le crâne de l'Homme sur lequel fleurissent de sombres lys ההיא שרא ההיא (Ehyeh asher ehyeh) Je suis l'austère contempteur du monde, las du tumulte de l'ostracisme Mortifié dans mon être, mon âme et mon corps par un cilice de haine Puisé dans le Fleuve de l'Oubli, Le précieux élixir oeuvre à ma métamorphose L'Immuable s'offre en nitescence À travers le prisme trinitaire de l'hérésiarque Devant la beauté figée du devenir J'ai pleuré des larmes d'un sang pourpre Déversées en torrents dans les artères de Babylone Elles ont noyé l'orgueil et l'iniquité des asthéniques Voici, le silence est d'or
5.
Un lieu d'égarement, produit de la géhenne mentale Reliefs escarpés de visions spectrales et de peurs abyssales Une cathédrale de fange s'érige, victorieuse Les flèches ornées de poussiéreuses et familières chimères Ô toi, Titan de haine, entends mon cri d'effroi Ton existence est le stigmate cruel de ma faillite Les absconses lâchetés resurgissent dans le néant Pour venir éroder la certitude d'antan Les vers grouillent et menacent mon sacerdoce Écrasé sous le poids du regard malfaisant du colosse Ta soif de Mercure excite l'arrogance du Soufre Ton glaive de feu opère la moitié d'un tour Tranchant la chair par le mystère des cendres Et révèle mes tristes os rongés par l'attrition Je partage le destin du fils de Prométhée Sans assumer la puissance de l'affront La semeuse d'étoiles attend mon retour Nourrissant les espoirs de la vermine affamée En assemblant ces pierres érodées J'ai cru édifier un monument de gloire Mais c'est une tombe toujours plus profonde Que j'ai creusée dans la détresse des soirs d'exil Brisé par la résilience de la chimère, et le règne de l'affliction aux Enfers Sa gueule béante, caverne de mépris, fait résonner un sinistre cri: ''Sic transit gloria mundi...''
6.

about

BUY CD FROM OUR ESHOP:
metalodyssey.8merch.com/product/absconditus-k-cd/

Jewelcase CD, with 16 page full color booklet

----------------------------

Founded in 2010 by guitarist/songwriter Loxias upon the ashes of the French cult black/death metal band Borgia, ABSCONDITUS have forged a unique kind of occult black metal, rich in adventurous ideas, dissonant melodies, corrosive solos and hints of melancholy that enhance the misanthropic nature and the dramatic, introspective tension of their themes.

The band's debut full-length, "Kατάβασις" can be described as the initiatic path that one has to walk in order to gain freedom and mastery over existence in a demiurgic world.

ABSCONDITUS is Loxias (guitars, bass), Anderswo (durms) and Aliexagore (session vocals).

credits

released June 8, 2015

ABSCONDITUS is:

Loxias - Guitars, bass
Anderswo - Drums
Aliexagore - Session vocals

Draconian invocation on "Elegeía (Confession au Cénotaphe)" performed by Aliexagore, Loxias and Guillaume Pingard

Lyrics & Music by Loxias
Arrangements by Absconditus

Recorded and mixed at RecRecRec Studio, Paris, France in August 2012/May 2013 by Guillaume Pingard

Mastered at Necromorbus Studio, Stockholm, Sweden in June 2013 by Tore Stjerna

Cat. Nr. IVR041

Cover art and logo by Bethany White
Sigils by Dinny Nanja

license

all rights reserved

tags

about

I, Voidhanger Records Italy

Obscure, unique, and uncompromising visions from the Metal Underground.

contact / help

Contact I, Voidhanger Records

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Kατάβασις, you may also like: