We've updated our Terms of Use. You can review the changes here.

Eloge De l'Ombre

by CREATURE

supported by
Lloyd James
Lloyd James thumbnail
Lloyd James A really special progressive black metal release. The album becomes more experimental as it continues and as such only becomes more rewarding, especially over repeat listens. Favorite track: Conscience Mécanique.
Slut Aus Nord
Slut Aus Nord thumbnail
Slut Aus Nord A marvellous scattershot of styles that is held together by the charisma of the vocals and the engaging nature of the instrumentation. The rapping is integrated seamlessly alongside more metallic songs, and while varied, the album doesn't fall apart under the weight of its ambition. Fantastically entertaining. Favorite track: Alternative.
TheEliteExtremophile
TheEliteExtremophile thumbnail
TheEliteExtremophile The music is dense and replete with synthesized vocals and engaging rhythms. There's a blend of black metal, progressive rock, and even hip-hop, making this a surprising, highly-relistenable record.

Full review here: theeliteextremophile.com/2021/11/22/album-review-creature-eloge-de-lombre/
more... more...
/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €8 EUR  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Deluxe Digipack CD with Booklet - Ltd 200

    Includes unlimited streaming of Eloge De l'Ombre via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 4 days
    Purchasable with gift card

      €14 EUR or more 

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Eloge De l'Ombre via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days
    Purchasable with gift card

      €28 EUR or more 

     

1.
Venin 02:00
Sors de l’ombre Viens éclairer nos peurs Oh! Séparer les décombres Libérer nos aigreurs Oh! Souverain des rancœurs Déchaîne, révoque la noirceur Accumulée depuis toujours Souverain rédempteur Délivre le venin agglutiné Qui pourrit dans nos chairs
2.
Née dans la matrice, ignorant tout de cette illusion La haine vocifératrice l’aspire à vivre dans la douleur Même la plus belle fiction ne l’attire pas Attendant bêtement que vienne le trépas L’illogisme de l’éloge de la vie Mystérieux événement du temps éternel Elle fuit ce monde qui ne lui convient pas Elle en a cherché d’autres mais n’en trouve pas Le stress l’enivre et son absence l’appelle Le poids du chaos constamment supporté Parfume la vanité de son existence Famine, racisme, injustice, malveillance Arrogance, pauvreté, génocides, attentats Tous ces maux ne l’affectent pas Harmonie, altruisme, luxure, bienveillance, Passion, équité, sérénité, abondance Rien à foutre le résultat sera le même. Fuir dans la matrice
3.
Météorite 05:32
Pourquoi écrire ces mots lui donne la sensation que c’est juste? Qu’une sorte de force tacite met la pression? Qu’elle risque de regretter si elle n’atteint pas la fin? Que rien d’autre ne lui importe mais que ça ne lui apportera rien? Chaque fois que l’envie de partir se manifeste Elle dévoile devant elle des visages, des contrées, des certitudes parfaites Regarde tous ces gens, souffrant réellement Crois-tu que ton cas n’est pas futile? Comme un sentiment de gerbe continue Ça ne sert à rien qu’elle continue Elle vit sa vie dans la simulation Trop peur d’être honnête, de passer pour un con L’observateur est à son tour observé Meurtri, calciné, finit par tomber Prépare-toi au déluge des météorites Aussi triste que magnifique La récolte est enfantine, descendant de l’équivoque Il faut que ton esprit à présent se débloque L’observateur est à son tour observé Meurtri, calciné, finit par tomber Vacillant sur la crête de la réalité
4.
Noire 03:48
Pauvre enfant qui me regarde Je n’ai rien compris Toute une histoire s’achève Sans rien espérer, sans dépit La lune est à l’envers Pourtant on se tient debout Sinistre éclat qui nous illumine sans fin Nos voyages ont un sens J’y ai mis toute mon âme J’ai bâti tout mon dessein Tout est calculé Sale enfant qui me dévisage N’as-tu rien compris Ta folle histoire précieuse Ne vaut pas mieux que la misère La lune est à l’envers Pourtant c’est clair Que la nuit est plus belle encore Quand elle est noire Je jure que j’aimerais me taire Tant qu’il est encore temps Me taire pour ne pas détraquer Ton bonheur potentiel Cristalliser le moment Crier la haine lentement Car la nuit est plus belle encore Quand elle est noire
5.
On remue la boue Outils primitifs, à la recherche De poux, pour nous nourrir Nous maintenir à genoux A l'aube de l'empire Un crépuscule s'annonce Celui d'un avenir grotesque Présage d'une société qui s'annonce Soumissions intrinsèque Homo Habilis, Homo Sapiens; bipèdes, ineptes Des cacahuètes et des noix pour seuls seins Des jeux et du pain Pour amuser la plèbe Noyé, inondé, une vie sans faim Du désir né, une soumission au vin. D'un avenir sans lendemain, je m'interroge D'une faille, de mes deux mains Je scrute la fourmilière, en recherche De quoi satisfaire ma faim Suis-je l'homme au chapeau Sous le chapiteau Une farandole d'animaux comme spectacle Et je suis le clown de vos débâcles A coup de fouet, je domine L'animal, sous vos yeux De son socle, le singe vous dit adieu Les spectateurs deviennent acteurs D'une performance si grotesque Qu'il parait difficile de séparer obsèques Et union d'une orgie qui nous unit dans la peur. D'un avenir sans lendemain, je m'interroge D'une faille, de mes deux mains Je scrute la fourmilière, en recherche De quoi satisfaire ma faim Après des siècles, toujours absurde Je vous présente, un spectacle, une arnaque Sous vos yeux ébahis, un avenir sombre Et le rideau tombe
6.
Maussade 04:44
Si seulement je pouvais voir la vie en couleurs J’ai essayé de trouver une lueur Je ne crois plus, rien n’a de sens L’espoir demeure le seul fruit de l’extase Faut-il se résigner pour accéder au bonheur? Cela paraît contradictoire mais je ne connais pas d’autre alternative Peut-on se moquer des autres quand on n’a pas le courage d’être soi-même? Je déteste ce que je deviens Sans aucune emprise, c’est ça le destin Comment survivre sans l’éclat? Le vernis sur vos corps ne tient pas Personne ne sait comment ça fonctionne Mais tout le monde donne son avis Sous les projecteurs de l’indifférence Revanche sur l’empire J’ai appris ses règles, peu importe le jeu Difficulté extrême dès que t’aspires à mieux, Que d’obstacles semés au gré des chemins Si je pouvais voir la vie en couleurs, Si j’arrivais à saisir la lueur N’attendez pas ma rétraction Trop tard, le cynisme est ma religion
7.
Alternative 05:22
(Instrumental)
8.
Dans leur routine stratosphérique Ils déambulent, cadavériques J’suis seul sur Terre, je suis maverick De l’upside down je les critique Comme un ninja sans le savoir Dissimulé dans la nuit noire Je vois la vie dans le miroir Qu’ils ont brisé depuis l’abattoir Restent des séquelles et des reliquats Tessons de bouteilles, reflets délicats Seules ces couleurs cristallisées Me rattachent à la réalité Indélébiles à l’instar de l’angoisse Dans mes poches de la suie, j’ai les mains qui s’encrassent Mais au fond de la vase il y aura toujours comme base Des fragments colorés, l’héritage des passés Est-ce que t’as vu, là-bas, le naufrage Tu pensais l’éviter, pourtant il s’abat sur nous Est-ce que tu crois encore que cet orage Pourra se dissiper avant qu’il ne soit trop tard Les pièces ne s’assemblent pas J’ai essayé de les rattacher, en vain Dans cet océan d’encre, l’aquarelle immiscible L’art de la dépression qui ne pousse pas au suicide Se détachent des lueurs, des pensées indicibles N’essaie pas d’mélanger toutes ces belles nuances T’obtiendras des effets proches de la répugnance L’instant de joie singulier ne s’additionne pas Prends-le tant qu’il est là, mange-le avec les doigts Toutes ces facettes m’ont rendu fou Que fallait-il penser alors que la moralité avait déjà fait l’objet de mon deuil? Tous les maléfices mis au fond d’un trou Tous ces reflets m’ont rendu la vue floue Il ne reste rien, il ne reste que nous Est-ce que t’as vu, là-bas, le naufrage Tu pensais l’éviter, pourtant il s’abat sur nous Est-ce que tu crois encore que cet orage Pourra se dissiper avant qu’il ne soit trop tard J’aperçois le monde au travers d’un kaléidoscope défectueux Parbleu Comme un daltonien devant un Matisse, comme un cartésien devant Dieu Si triste J’aperçois le monde au travers d’un kaléidoscope défectueux C’est beau Comme un daltonien devant un Matisse, comme un cartésien devant Dieu Si triste
9.
Tous les produits de la conscience sont négatifs Tous les moments de joie intense sont primitifs La positivité est un concept tendance Créé pour effacer la nature de la conscience Trois temps pour une valse Un seul pour une rafale de balles Bâillonné, sous le visage social Un système bancal Les gens m’ont appris à me détester et au passage à les haïr a priori C’était trop mal vu d’avoir une bonne estime de soi Il a fallu la saccager pour ne plus paraître arrogant Telles sont les règles imposées, je les applique sans contester Renfermant des rancœurs et frustrations Qui pourrissent dans les entrailles de la moralité Retraçons le chemin de l’évolution Retraçons-le à contre-courant Trois temps pour une valse Un seul pour une rafale de balles Bâillonné, sous le visage social Un système bancal Quatre temps, on frôle l'ironie De notre attitude envers autrui Destruction mutuelle assurée Dans le mensonge je me complais Est-ce que tu danses? Alors on tourne, simplement Tout s’émerveille, des étincelles s’envolent au vent Calmement Le bal reprend son cours, le plateau son mouvement Les maîtres manient la cour, fabriquent l’accoutumance Sous le dôme de cristal, la brume et le confort On nous range dans un coffre-fort Sache profiter de ce fantasme Sache arrêter tous ces sarcasmes Laisse-toi inviter à cette danse Même si tu sais que c’est une manigance Il n’y aura jamais mieux Retraçons le chemin de l’évolution Dans le mensonge je me complais Est-ce que tu danses?
10.
Les souvenirs sont matériels Ils siègent dans la tête Sous ton crâne Ton cerveau en sortant de la pièce Est composé d’une autre manière Qu’avant d’arriver Quelques cellules ont changé Échangé des liens dans le réseau Associées à des nouvelles cellules nerveuses Une transformation organique S’est produite dans la membrane qui te constitue A chaque fois que je te vois Je ne suis plus le même Après avoir arrêté de te voir Je ne suis plus le même
11.
Une seule issue y'a pas 10 solutions la Créature contrôle tes pulsions les plus sombres Une seule issue, un destin partagé Mais combien ont fermé les yeux ont les deux mains attachées Comme pris en otage J’plante mes crocs d'nécrophage dans leur corps bien trop fragile Des rires aux larmes, des larmes à la folie C’est ta santé mentale qui s’atrophie Ça devient assez bancal mais t’encaisse à en vomir Pas d’sens pas d’raison Dans l’Empire des singes pas d’sens pas d’raison J’fais l’éloge de l’ombre pas l’éloge de c’monde Donc j’attends patient dans les tréfonds Joignez les mains ou levez-les au ciel Les Hommes sont des Primates aux pensées obscènes Les erreurs s’répètent pour les siècles des siècles Les Hommes sont des milliards les péchés sont sept Où s’est cachée la lumière qui f’sait briller tes pupilles? Maintenant tu subis T’essayes de survivre Les fragments à jamais resteront désunis Le ciel est ombragé La haine est contagieuse Jouez pas les outragés C’putain d’jeu est injuste Des yeux rouges dans la nuit noire Comme un bruit blanc après la dissonance Mon emprise commence Comme une présence contradictoire Très doucement mes griffes s’enfoncent Créature prédateur dans ton esprit créer la rupture ‘Suffit d’un murmure pour t’inculquer la peur ‘Suffit d’un malheur pour enterrer ton futur Les serpents, les corbeaux s’écartent Mon chemin s’éclaire Des symptômes jusqu’aux séquelles Ton état se dégrade Mais personne n’ose regarder en face c’qui l’effraie Chaque jour qui passe c’est un trait à graver sur le mur Chacun d’tes battements te consume Plus rien n’est constant tout dans l’imposture Ecoute ma voix comme si elle était posthume Tu peux serrer les dents ça enlèvera pas l’goût d’amertume Les mêmes actions pour les mêmes répercussions pourquoi ça t’perturbe? Les secondes ralentissent… quand ma silhouette se rapproche Protège ta carotide trop tard pour les reproches Les questions s’effacent un fois sous mon étreinte Tes passions s’enflamment pourquoi les restreindre? Nos corps et nos démons s’entendent mes paroles répondrons à tes craintes Le soleil se lèvera encore mais pour toi tout commence à s’éteindre La Créature contrôle tes pulsions les plus sombres N’oublie jamais qu’il n’y a qu’une seule issue
12.
Rétrograde 04:08
Les mémoires de l’Age de Pierre Faussées depuis des millénaires On était tous dans la misère Survivant grâce à notre flair La plus belle ère De notre espèce L’humanité déjà prospère On cueille les fraises et les groseilles Le bruit du viol et de l’inceste Le cri des loups que l’on dépèce Les yeux béants Injectés de sang Je rêve d’une époque sans confort Et même si j’en jouis ils ont tort Je souhaite redevenir obsolète Du silex au cristal, de la pierre au métal Nos souvenirs reposent sur l’idée que l’évolution n'est qu'une difformité Un amalgame de pixels qui autrefois reposait sous un vitrail De Versailles au carbone 14 ils excellent Respire, avance 1981: nouvelle génération la peine de mort et son abolition Une pensée rétrograde Des néons en cascades Figent nos esprits dans cette mascarade Et tous nos écrans dictent les mêmes utopies infernales Le pantin du pantin, sans fin, Nous sommes manipulés par des dépravés Vite, regarde vers le passé, De notre conscience mécanique l'avenir cesse d'exister Stimule ma résilience, donne-moi ma dopamine, Enferme-moi sous une cloche de cristal Et détruit la clé, point final.

about

=== ORDER NOW ===

metalodyssey.8merch.com

DIGIPACK CD - Out November 12, 2021
(incl. Bandcamp Digital Download and Streaming)
• Limited to 200 copies
• 4-Panel Digipack
• 12-Page Booklet

2x12"LP VINYL IN GATEFOLD SLEEVE - Out February 18, 2022
(incl. Bandcamp Digital Download and Streaming)
• Ltd 200: 100 black, 100 green/black*
• 140gr. vinyls
• 350gr. gatefold sleeve
• Black inner sleeves
• Outer plastic sleeve

*exclusive to our Eshop
______________________

As with each album, this new 'praise of the shadows' (approximate translation of "Eloge De L'Ombre") marks a new evolution in the ever-fascinating oeuvre of CREATURE.

Temporarily leaving behind the full-blown cosmic and uniquely baroque approach of the critically acclaimed "Ex Cathedra" album from 2020, CREATURE shape-shifts once more and takes a step sideways. Still not bound by any convention, and retaining his knack for lush and bold songwriting, mastermind Raphaël Fournier seizes the opportunity to delve further into other dark corners of his expansive and multi-faceted sound, previously only alluded to. Joined by drum phenomenon Baard Kolstad (LEPROUS, SOLEFALD, IHSAHN, BORKNAGAR, etc.) who brings a stellar and fascinating performance, CREATURE has never felt so organic and powerful.

Not unlike its cover art, "Eloge De L'Ombre" fiercely, defiantly and futuristically explores an array of moods and sounds as wide as life itself. Sported with an unmistakably French flair, it is a collection of idiosyncratically exciting and varied short vignettes. Feeling intimate one second, hit by a freight train the next one, while coming back another time triumphantly, often within a song, the whole is as always extremely cohesive, thanks to Raphaël Fournier's spectacular craft.

Songs stand on their own, but like parts of a puzzle, the album as a whole paints a striking and different picture. "Eloge De L'Ombre" strives to bring attention to the beauty in the Ugly, the Sad and the Bizarre. To have the audience be moved by it, while looking at it with a newfound stance.

credits

released November 12, 2021

CREATURE is Raphaël Fournier: vocals, guitars, bass, synths

with

Baard Kolstad: drums
J: lyrics and vocals on 'Eloge De L'Ombre'
Pauline Rossel: trumpet on 'Alternative'
Cédric Sebastian: additional vocals on 'L'Empire Des Singes', 'Est-Ce Que Tu Danses?', 'Rétrograde'

Composed, performed and recorded by Raphaël Fournier
Mixed and mastered at Divergent Studios
Art by Midge "Mantissa" Sinnaeve
Layout by Ultima Ratio
______________
Cat. Nr. IVR165

license

all rights reserved

tags

about

I, Voidhanger Records Italy

Obscure, unique, and uncompromising visions from the Metal Underground.

contact / help

Contact I, Voidhanger Records

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Eloge De l'Ombre, you may also like: